Serii
Manga
Traduit du japonais par Dominique et Frank Sylvain
Prix : 13€
Paru en juin 2020
190 pages
ISBN : 978-2-37927-061-1

Serii

Takehito Moriizumi

Kakeru et Serii vivent dans un vaste manoir rempli de livres. Depuis une catastrophe, dont on ignore si elle est climatique ou écologique, le jeune homme et l’androïde sont confinés. Sans contact avec le monde extérieur, ils ont toutefois des réserves de nourriture et de chauffage. Serii fait la lecture à son compagnon, seul passe-temps possible. Elle lui relit les oeuvres qu’il apprécie, de Pouvoirs de Ursula K. Le Guin à Journal of a Solitude de May Sarton, Pilote de guerre d’Antoine de Saint-Exupéry ou L’Érotisme de Georges Bataille. Après une panne de générateur, elle perd la vue, et c’est à Kakeru de lui faire la lecture. Mais bientôt, la domotique cesse complètement de fonctionner…

Véritable ode à la littérature, Serii est suivi de quatre courts mangas dont trois sont autobiographiques. Avec cette œuvre publiée au Japon en 2018, Takehito Moriizumi nous raconte une histoire qui résonne étrangement avec la crise du Covid-19 et l’urgence climatique.

L’auteur

Né en 1975 à Tokyo, Moriizumi démarre en entreprise, constate que la passion qu’il voue au dessin depuis l’enfance est intacte et recommence à dessiner. Il publie son premier manga à l’âge de 35 ans, dans le mensuel Comic Beam (Mori no Mary, Marie de la forêt). Proche de Jun Ishikawa, il admire le travail d’Edmond Baudouin et d’Emmanuel Guibert (La Guerre d’Alan). Sa technique, proche du lavis, consiste à appliquer l’eau avant l’encre. Certaines parties sont digitalisées avant d’être réorganisées par ordinateur.

Les traducteurs

Dominique Sylvain

Dominique Sylvain est directrice éditoriale d’Atelier Akatombo et romancière (éditions Viviane Hamy, puis éditions Robert Laffont). Elle a vécu une dizaine d’années à Tokyo.

Frank Sylvain

Frank Sylvain, fondateur d’Atelier Akatombo, avoue que son grand plaisir est la lecture de dictionnaires japonais. Il étudie le japonais depuis une trentaine d’années et « n’en est qu’au début ».