Sisyphéen
Science-fiction
Traduit du japonais par Mai Beck, Dominique Sylvain et Frank Sylvain
Prix : 19€
Parution : 28 octobre 2021
416 pages
ISBN : 978-2-37927-077-2

Sisyphéen

Dempow Torishima

Dans un futur lointain et un monde refaçonné par l’ingénierie génétique, les corps ne sont pas reconnaissables, mais aller à l’école et se rendre au travail restent des constantes. Cet employé pathétique survivra-t-il jusqu’à la fin de sa journée ? Quel risque encourt cet étudiant en questionnant ses origines ? Le secret de la menace des mécapoussières sera-t-il percé ? Quels sont ces étranges animaux que l’on récolte comme des plantes ? « Bien des gens souffrent énormément de leurs conditions de vie.

Je me suis dit qu’en utilisant les techniques de la SF et de la fantasy, je pourrais mettre cette situation en évidence. Et j’ai souhaité que mon texte apparaisse comme la traduction d’un roman provenant d’un autre monde ». C’est ainsi que Dempow Torishima décrit l’ambition à l’œuvre derrière Sisyphéen, texte puissant entre audace stylistique et satire. Il est également l’auteur des illustrations.

L’auteur

Né en 1970 à Osaka, Dempow Torishima est romancier et illustrateur.  Il obtient le prix Sogen de la nouvelle SF en 2011, puis le Grand Prix Nihon SF pour Sisyphéen en 2013.  L’ouvrage a été classé meilleur roman de SF japonaise du XXIe siècle par le bimensuel Hon no zasshi et meilleur ouvrage de SF japonaise des vingt dernières années par la revue SF Ga yomitai. 

Les traducteurs

Mai Beck

Détentrice d’une licence de langue et culture japonaise au Japon et d’un master d’anthropologie (écologie, économie, néoruralité) en France. Amatrice de cuisine expérimentale, de jardinage et d’observation de chats. Grande fan de littérature, je suis ravie d’explorer et de partager avec vous le vaste univers en perpétuel changement du roman japonais.

Dominique Sylvain

Dominique Sylvain est directrice éditoriale d’Atelier Akatombo et romancière (éditions Viviane Hamy, puis éditions Robert Laffont). Elle a vécu une dizaine d’années à Tokyo.

Frank Sylvain

Frank Sylvain, fondateur d’Atelier Akatombo, avoue que son grand plaisir est la lecture de dictionnaires japonais. Il étudie le japonais depuis une trentaine d’années et « n’en est qu’au début ».